Légende de chez nous

Le rocher du diable

Jadis, vers 1820, mon coin de pays était aux prémices de la colonisation du Québec, les colons commençaient à débroussailler des bouts de sol pour s’en faire des terres. Ils étaient à plusieurs kilomètres de l’église et pour aller à la messe ils avaient à affronter des routes boueuses, rocheuses et cahoteuses pour se rendre à la paroisse voisine; il n’y avait pas encore d’église dans la nouvelle paroisse.

Ces colons aux coeurs forts, aux muscles d’Héride, avaient de grandes qualités et de défauts qui compliquaient leur existence de partager leur pauvreté.

Or, il arriva que deux familles voisines dans un fond de terre à coloniser de souches et de roches étaient toujours en chicane; ils se disputaient leur seule richesse, la pauvreté. Un dimanche, alors que les hommes étaient partis pour la messe, la voisine d’un colonisé décidât d’aller cueillir des bleuets sur la terre d’un autre colon avec qui elle était en chicane. La propriétaire ayant aperçu la glaneuse intruse s’empressa d’aller lui interdire. A leur rencontre, au même moment le Sanctus sonna où la tradition de tous bons catholiques voulait qu’on s’agenouille et qu’on dise le chapelet. La propriétaire, au lieu de faire ses dévotions, s’enragea et interpella la voisine en ces termes : « Glaneuse maudite, tu voles mes bleuets, maudite vous êtes une gueuse, vous recevez des hommes, allez dire votre chapelet au lieu de voler. » La voisine, qui avait avec elle son bébé, sentit la rage traverser son esprit, lui répondit: « Ta langue est maudite pour dire de tels mensonges, les bleuets sauvages appartiennent à tous ceux qui ont le coeur de les cueillir, c’est une nourriture du ciel. Que le diable t’emporte, qu’il vienne le diable et qu’il choisisse entre nous. »

Il se fit un bruit étrange, le vent soufflait bien que le temps soit bien clame, un personnage apparut sur une grosse roche, il n’était ni homme, ni bête… mais plutôt les deux à la fois, il avait quatre pattes antérieures ressemblant à des mains griffées, il répandait autour de lui une odeur de souffre… Debout, il ricanait dans sa face bestiale, il s’adressa à eux: « Vous m’avez appelé, je viens vous chercher, vous êtes mon bien. » La glaneuse intruse s’accrocha à son enfant sachant que le diable ne pouvait rien faire contre cette petite créature pure, le diable la regarda avec un regard enflammé et son regard se jeta sur la propriétaire qui ne savait quoi faire. La glaneuse intruse avec son enfant voyant que le diable voulait s’emparer de cette âme l’invita à se joindre à eux; aussitôt elle s’agrippa aux langes de l’enfant et les glaneuses se mirent à réciter le JE VOUS SALUE MARIE. Le diable enragé, sans pouvoir, se mit à gratter le rocher, la poussière de la pierre s’élevait en cendres enflammées, le diable rugissait, il en fut ainsi jusqu’au retour des hommes de la messe au son de L’ANGÉLUS. Le diable disparut tout en laissant ses marques dont nous pouvons trouver aujourd’hui. Les deux femmes se repentirent et se réconcilièrent.

Si vous êtes sceptiques, allez à St-Lazare au 4e rang et les habitants se feront un plaisir de vous montrer les griffes du diable incrustées dans le rocher.

Nos aïeux s’indignèrent et se sentirent même outragés quand on mettait certains doutes sur cette légende. Ils disaient, ce n’est pas une légende, c’est arrivé, c’est vrai, ce qu’il y a de plus vrai, vous n’avez qu’à vérifier vous-mêmes.

Même si déjà 188 années se sont écoulées dans le temps, tous les habitants de ce beau coin de pays connaissent cette légende et s’amusent à la raconter comme je le fais actuellement.

Raoul Laverdière

NDLR :

Voici un site Internet qui parle du rocher du diable…

Cliquez ici.

En voici un autre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :